Détendons-nous… Vive la Sexe thérapie !

0

Allez… Prenons de la hauteur.
Si on retournait à nos moutons, ceux qui se profilent dans les nuages, signes célestes, qui manifestent du dernier lieu de poésie universelle. Les mousses blanches sont l’ancre du ciel et ces nuages mouvants aux traits surprenants… Nous émerveillent tous, du Mali à Bucarest.

Prenons-de-la-hauteur

Levons la tête, c’est trop horrible de commencer l’année en trainant la patte, assommés par la violence du monde, on doit reprendre de l’air, sortir du tourbillon sordide qui s’écrit au Nigéria comme à Paris.
Allez allez, refaisons ensemble du trampoline. Les règles sont simples, on doit juste dévier l’boeing. Ouais, changeons de direction… Trouvons ensemble les paramètres de l’équation… Bonheur ?

C’est con mais la première chose à laquelle je pense, c’est au sexe.
Ouais, envoyons-nous en l’air, forniquons, copulons, niKons, baisons, mangeons-nous, dévorons-nous, dégoulinons-nous dessus… Envie de chaud, envie de faire ma cantatrice. Faisons nos gammes, gamme d’Amour… Y’a qu’ ça qui peut mettre la mort en game Over !

Viens là mon Amour, serrons-nous fort et même si l’ciel est gris, plongeons nos têtes dans la mousse blanche.
T’as pas d’amoureux sous l’coude… Ha merde ;) J’avoue, relou. Mais… y’a… Y’a… Des livres. Ouais un livre, pas d’amour mais qui parle d’amour, de sexe, de gymnastique sensorielle. Ouais… ça l’fait aussi. Mais… Sorry les garçons, autant je vous aime entre mes jambes, autant sur ce coup ci, j’veux que cette langue soit féminine. Oui, des mots de femmes pour parler de sueur que les corps font à deux.

Couv-L

Sous la direction de ma Coco Chérie de romancière Léonora Miano, «douze femmes, auteures du monde noir, évoquent le plaisir féminin. Comment s’écrivent aujourd’hui le corps, la sensualité, la sexualité?»
Chouette, une sexualité plurielle, libre, je ne peux en douter. Sous la coupe de Mlle Miano comment pourrait-il en être autrement. L. Miano dans ces précédents bouquins ouvre au monde cette histoire noire contemporaine qui nous fait tant défaut. Ses personnages sont «diasporiques», africains, d’époque et d’aujourd’hui. Elle ne cache jamais rien de ce plomb dont pèse la négritude, l’assumée comme la refoulée, la revendiquée comme l’ignorée, elle n’en cache rien car Léonora Miano entre dans le monde noir en être libre.
«Nègre fondamental»… Pour moi, c’est elle qui réinvente au mieux Aimé Césaire. Comme toute chose, on est ying, on est yang et, chez Miano, rien n’est figé. Tout est à facettes et cette négritude qui nous intéresse tant, elle la souffle au monde pleine de vent, millier de particules, lumineuses et précieuses, tout autant imprévisibles qu’irrévérencieuses. Être noir chez Léonora, c’est juste la Class !

Alors je vais sauter à quatre pieds, à quatre mains dans ces mots noirs qui parleront certainement de moi, en cantatrice… Cantatrice d’Amor !!! Je vous invite à voyager sur les courbes de Hemley Boum, de Nafissatou Dia, Diouf, Marie Dô, Nathalie Etoke, Gilda Gonfier, d’Axelle Jah Njiké, de Fabienne Kanor, Gaël Octavia, Gisèle Pineau, celles de Silex, d’Elizabeth Tchoungui, et les plus rondes… Hummm, celles de Mme Léonora Miano.

Leonora-Miano-1

http://www.dapper.fr/fiche-spectacle.php?id=257

Merci pour ce cadeau de début d’année.
http://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.entrepotnumerique.com%2Fflipbook%2Fpublications%2F24080.js&oid=116&c=&m=&l=fr&r=http://www.dimedia.com&f=pdf

« Les Volcaniques – une anthologie du plaisir» sort ce 27 janvier 2015 et c’est édité par Mémoire d’encrier.
À vos librairies et surtout n’oubliez pas d’en parler, de laisser des commentaires, c’est aussi comme cela qu’on apporte de la visibilité aux projets qu’on aime.
La version mâle existe, même concept, même chapeautrice : «Première nuit : une anthologie du désir».
http://www.madinin-art.net/premiere-nuit-une-anthologie-du-desir-sous-la-direction-de-leonora-miano/

Sans esprit de guéguerre, je me dis, je n’sais pas pourquoi, mais suis sûre que les filles vont secouer ça ;)

J’ai, fut un temps, ‘verset’er Le P’tit Zizi. J’pense à c’poème et y voit l’drame de l’époque.

C’est, de ce monde fou, dont les hommes tiennent les rennes, dont il nous faut absolument sortir.
Et si derrière toute cette folie ne se cachait que la honte. Une honte, interne et viscérale jaillissante du ventre de la discrimination. Papa ‘cliché’ et maman ‘stigmatisation’ ont mis bas… Et leur enfant, bafoué, humilié et frustré nous terrorise. Il est avant tout, seul, entouré d’ignorance et vide d’images valorisantes. Il n’y a pas de mot pour lui dans les livres. Pourtant la vie est ainsi faite qu’en tout, il y a de la poésie.

Allez p’tit zizi, n’sois pas triste. Aujourd’hui y’a internet, en prenant le temps, tu trouveras des mots pour toi. Y’a tout sur internet, d’la gamme Tati à Prada, mais on va rester dans l’équitable bio intellect…De Olaudah Equiano à W.E.B Dubois, d’AbdelmaleK Sayad à Leïla Shahid, de René Vautier à Virginie Despentes, on trouve tout ce qui nous intéresse dans les librairies et sur le web : Des thèses, des romans, des essais, des films et des vers…

Les miens, mes mots pour toi, petit zizi :

Qu’est-ce qu’on ment à ton sujet.
T’es l’objet d’rumeurs, d’charriages, tu n’serais pas à la hauteur.
Obsession… Stress.
Redresse toi que je te vois,
C’est l’aube qui se lève en ces premières caresses.

Petit zizi, coco chéri.
Petit zizi grandit aussi,
Nourrit de passion d’la main habile et créative
L’alternance de la cadence rythme poétiquement toutes les danses.

Enfle, enfle petit chéri.
Délicieuses, tes pulsions sanguinaires
La coulée salée rendra la glissade extraordinaire.
Comme tous zizis, t’as d’l’appétit.
Zizi grandi est épanoui.

Inventif… Tu vois t’en as des qualités.

Sur toi, toutes les femmes peuvent danser.
Les mille et une Nuits s’inventent, nous n’avons plus qu’à les chanter.
P’tit zizi tu l’as compris
Avec toi qui n’fait pas mal, tous les jeux sont permis.

Bon, me voilà toute émoustillée. Redescendre ou poursuivre l’ascension… Poursuivons ;)

Je disais donc, équation du bonheur. Vaste question. L’Amour, le sexe, ok. On est d’accord ?
Les mots… Ceux qui moovent l’interieur, qui mettent le corps en action et la tête en ébullition.

Musique !!!

Brutal…l’atterrissage, sorry ;) Mais, on n’peut pas s’empêcher de biSser, avouez le ;)
Ikey est un artiste nigériano cainri. «Olodo» qui signifie mannequin en Yoruba donne le titre à ce dernier single tout frais, tout beau et je glisse sur ta langue Ikey !
Son album «Green Card» sortira en mai. J’attends avec impatience.
Lyrics, swing, prod, conscience et passion… Oui, j’en veux bien sur toute une galette. Rdv en Mars Ikey et bonne route d’ici là !!!

Sex –MusiK -Food & Livre, c’est mon équation, ça peut être une solution.

Je déteste cuisiner alors je ne vous ferai pas d’sortie cuisine. J’suis fine gourmetTe, j’ai l’palais super sensible. Je suis de bonne éducation, maman a toujours pris soin de nos papilles et elle a mis la barre haute. Alors non, je ne parlerai donc pas food.

Comment finir, en ce début d’année ?
En vous transmettant mes meilleurs vœux, les mêmes que j’ai adressé à mes amis, ma famille… À mes soleils, vous êtes le dernier paramètre de mon équation – bonheur. 2015, je vous la souhaite gouteuse et surprenante !!!

Bonne année et à la s’maine prochaine,

Lite, Force & LoV’…

Bams #11

Lire les chroniques précédentes

 

Partage.

Sur l'auteur

Auteure, compositrice & Interprète indépendante. Amoureuse des mots, du beau, du dire, des êtres libres. Elle chante, rap, rock, electroïse, groove sa vision du monde.