Retour sur le festival « l’Afrique dans tous les sens » : le marché des quais de Paris

0

LIRE NOTRE DOSSIER : Le renouveau de la cuisine africaine 

Clôture du festival l’Afrique dans tous les sens. La fin d’un évènement. Mais surtout de l’occasion de voyager le temps d’une soirée. Entre 10 et 18 heures, les visiteurs ont savouré pour la dernière fois de l’année cette ambiance épicée lors d’un marché. Convivial. Coloré.

                                

Au pied de la bibliothèque François Mitterrand, on entend le clapotis de l’eau sur le quai. Il est 11 heures. Les parisiens sont encore bien au chaud dans leur lit tandis qu’une dizaine d’exposants s’est levée tôt pour le marché. « C’est tout calme » : voici pourquoi Seydou Gueye, le directeur artistique, a préféré les abords de la Seine à la rue de Boyer. Située dans le XXème, le marché y avait lieu chaque année.

Une jeune femme vêtue d’un boubou déambule. « J’ai fait goûter mon jus de gingembre à tout le monde. Ah non, pas à vous ! Tenez ». Impossible d’y louper. Elle tend un verre et prévient : « attention, c’est épicé ». Une gorgée. La langue frétille. La gorge se racle. « Très épicé oui ». Comme le dit une cliente : « on aime ou on n’aime pas. En tout cas, je trouve que c’est une tuerie ! ». Pour les plus sensibles, elle propose pour adoucir  « un peu de Bissap ? ». Egalement appelé Karkadé, ce sirop est issu de l’hibiscus sabdariffa (ou Oseille de Guinée, Roselle) présent un peu partout sur le continent africain. C’est la boisson nationale de la Guinée, du Mali, du Burkina Faso et du Bénin. Cultivée aux abords du désert, son jus rouge est obtenu à partir des fleurs séchées portées à ébullition cinq minutes. Son nom se transforme de pays en pays. En Egypte et au Soudan, « bissap » devient « karkadé ». L’hibiscus sabdariffa se dérive sous plusieurs formes. Confiture ou jus de dah rouge au Mali. Coloration rouge vif naturelle pour les cheveux, mélangé à du henné.

saveurs-cuisine-africaine

Jus de gingembre à gauche et de bissap à droite

À lire aussi : Retour sur le festival « l’Afrique dans tous les sens » 

Ses bienfaits ? Amincir, tonifier et surtout diminuer la pression artérielle. « Ces changements, même légers et s’ils sont maintenus dans le temps peuvent agir sur l’hypertension, réduisant ainsi le risque d’accident vasculaire ou de crise cardiaque », a conclu le professeur Diane McKay de l’université Tufts de Boston. Autre vertu découverte en 2009 : son action anti-inflammatoire. Idéal pour les spasmes gastro-intestinaux, des douleurs aux voies respiratoires etc. Au niveau externe, déposer une compresse imbibée d’un peu de cette infusion sur les œdèmes, eczémas, dermatoses (affections de la peau : ex : psoriasis) et abcès permet le réduire. Une solution miracle à petit prix aujourd’hui. C’est 2 euros la petite bouteille et 6 la grande. « Pour l’évènement, je fais un prix. Sinon, c’est plus cher ». Alors profitons-en !

ustensile-cuisine-africaine

Poupées africaines offertes lors de grands évènements (mariage, naissance etc)

Sur le marché, Philippe déambule, prospectus à la main. Venez à l’Organo club, « on fait le meilleur café. Grâce à quoi ? Au champignon Ganoderma Lucidum (ganoderme luisant) appelé Reishi dans son pays d’origine : le Japon. Antioxydant. Antistress. Vivifiant. Reposant. Vous êtes stressé, il vous détend. Vous êtes fatigué, il vous revigore ». « C’est magique en fait ! » plaisante une autre exposante. La recette miracle. Il régule et procure les effets dont on a besoin. Très utilisé dans les médecines traditionnelles chinoises et japonaises depuis deux millénaires, il aurait des propriétés anticancéreuses et diminuerait l’activité du virus du sida.

Le gérant d’Organo Gold revient, cafetière, gobelets et touillettes à la main. Il lance des « un petit café ? » à tout va. Ne reçoit que peu de refus. « Il est bon » complimente ceux qui y ont goûté. Aliment pourtant incontournable, les légendes que suscite le caféier sont peu connues. L’une veut qu’un berger d’Abyssinie (Ethiopie actuelle), Kaldi, ait pris conscience de l’action tonifiante de cet arbuste sur ses chèvres. L’autre qu’il ait accidentellement laissé choir une branche de caféier sur un poêle et remarqué l’arôme délicieux qui s’en dégageait. « Pour l’instant, l’Afrique ne connait que Nescafé, mais lorsqu’elle découvrira notre produit, elle laissera tomber ce premier. C’est sûr ! » avance Philippe.

dégustation-cuisine-africaine

Dégustation du café Organo gold pour tout le monde

Vêtus de robes violettes, de turbans blancs et de bijoux, les exposants sont les meilleurs ambassadeurs de leurs produits. Il est temps de leur dire au revoir pour un an. Le temps que le festival recommence. À votre patience !

LIRE NOTRE DOSSIER : Le renouveau de la cuisine africaine 

Partage.

Sur l'auteur

Passionnée par le journalisme depuis longtemps! Un rêve devenu réalité!