Retour sur la Semaine Africaine de Sciences Po Paris

0

Comme chaque printemps, l’Association des étudiants de Sciences Po pour l’Afrique (ASPA) met l’école parisienne aux couleurs du continent lors de sa fameuse Semaine Africaine. Pour les dix ans de l’ASPA, le programme était prometteur, avec un thème inspirant : Il était une fois en AfriqueS, ou comment raconter les histoires d’un continent aux mille facettes. 

  • Pour écouter les parcours de personnalités inspirantes, lors des ASPATalks, le premier jour. Sur le même modèle que les TedEx, quatre influenceurs du continent reviendront sur leur trajectoire, avec conseils à la clé. Au programme : l’entrepreneuse Hapsatou Sy, le fondateur de Cérégales Togbedji Ahokpa, l’actrice Jisca Kalvanda, remarquée pour son rôle principal dans le film Divines, et Dawala, le créateur du label Wati B.
  • Pour rencontrer le président du Gondwana. Mamane, l’humoriste nigérien, réalisateur et acteur principal du film Bienvenue au Gondwana sera l’invité mercredi 5 à 19h15 d’une table-ronde où interviendront aussi la légende du zouglou Didier Bilé et le journaliste de Courrier International, Oumar Ndiaye.
  • Pour networker comme jamais. Cette année la Semaine Africaine revient avec toujours plus de partenaires. Le job idéal se trouve peut-être lors du speed-jobbing du vendredi matin… A moins qu’il y ait aussi quelques surprises lors de la foire de l’Afrique, toute la journée de mardi ? Ou lors des petits-dej’ de l’ASPA, mardi et mercredi, avec la fondation AfricaFrance ?
  • Pour découvrir un autre Paris. Parce que Montmartre et le Trocadéro, c’est stylé, mais que Paris regorge de trésors et de secrets. La visite guidée du Paris Noir (« Black Paris Walk ») permettra de découvrir, jeudi matin, les empreintes laissées dans la capitale par les Senghor, Césaire, Baldwin et autres personnalités.
  • Pour (re)découvrir les cuisines d’Afrique. Rendez-vous mardi soir au restaurant érythréen Le Massawa, et le lendemain chez Le Petit Bleu, à Montmartre, pour une découverte culinaire marocaine. Sans oublier le gala, qui promet aussi un buffet mémorable (lire ci-dessous)
  • Pour changer son regard sur l’art. La conférence Arts africains, un come-back ? promet de traiter sans complexes la question du retour des œuvres d’art africaines exposées dans les pays occidentaux, mais sans négliger non plus l’essor de l’art contemporain sur le continent. Pendant toute la semaine, on pourra aussi contempler les oeuvres de l’artiste peintre Léonie Edzimbi, à ne pas manquer !
  • Pour parler de votre beauté. Partenaire de la Semaine, l’asso stylée du moment, SciencesCurls, organise un cycle d’événement sur les beautés noires, avec expo, conférence et atelier foulards à la clé !
  • Pour voir un autre de visage de Sciences Po. Près d’un étudiant sur deux de l’institution parisienne est étranger, et la Semaine Africaine est l’occasion de se rendre compte de la diversité et de l’ouverture sur le monde de l’école, et de faire de belles rencontres.
  • Pour faire la connaissance d’une asso qui bouge. Cette année, plus d’une cinquantaine d’étudiants s’activent à l’ASPA pour transmettre une autre image de l’Afrique, plus réaliste, plus nuancée, plus optimiste. Le premier président gambien démocratiquement élu, Adama Barrow, était leur invité il y a deux semaines pour revenir sur son arrivée au pouvoir. Mais avant lui, il y a aussi eu Gaël Faye, Abdoulaye Wade, Felwine Sarr et d’autres événements autour de l’agroécologie, de l’énergie ou encore de l’investissement en Afrique.
  • Pour te déhancher sur tes sons préférés d’Afrobeat et de coupé-décalé lors du Gala de l’ASPA, vendredi 7 avril. Une valeur sûre attendue toute l’année par les étudiants de Sciences Po et bien au-delà. Cette année, rendez-vous aux prestigieux Salons Vianey, dans le XIIème arrondissement pour une soirée d’anthologie ouverte à tous.

Pour ne rien louper de l’événement, suivez l’ASPA sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram !

Partage.

Sur l'auteur