Cadeaux sur la MapWeb artistique !

0

Bonjour, bonjour

Sur la planète afrOweb cette semaine, du libre accès culturel qui n’attend que vous !!!
Des créateurs ont fait le grand saut, celui du vide de l’invention. Partir de rien ou plutôt de cette chaleur qui charge les rêves et nous aimante indéniablement vers le ‘faire’. Parfois, c’est brutal et rapide. Un eurêka, tout d’suite lisible et ‘transcriptible’. On peut être chanceux jusqu’au bout et n’avoir besoin que de peu pour voir naître cet eurêka… du seul le temps que l’on saura ou pas s’accorder, se ‘prioritairiser’ insufflera la vie à c’qui n’était au départ… qu’un frisson.
Là, une nouvelle voix s’ajoutera à toutes celles qui nous ont précédés dans le faire, le dire personnel de l’appréhension du monde… L’art!

Il y a aussi, ces projets qui nous stimulent tout autant mais qui coutent une blinde.
C’est là que le trouble se mêle au bonheur de créer. Il va alors falloir trouver les fonds ou la personne qui trouvera les fonds, trouvera qui produira, qui diffusera, qui façonnera etc… On le sait tous, chaque intermédiaires ne se contentant pas juste de se gausser d’en être, en voudra la preuve et parsèmera d’un peu de lui, le meilleur comme le pire, ce qui au départ, s’était pensé seul.
Si le bon goût, l’élégance, la préciosité étaient donnés au plus grand nombre, nulle crainte à avoir sur les différentes empreintes reçues en cours de route. Mais en cette période où la médiocrité, la vulgarité et l’ambition charment toutes les âmes, pas facile de trouver de vrais partners !
Enfin…

Alors chaque artiste cherche sa voie, ses gens et comment faire exister sa création.
On se confronte à la balance où pèsent, d’un côté, l’urgence de dire, de faire, de transposer le monde et de l’autre ce que tout ceci nous apportera au final. Vais-je en vivre ? Quand la réponse est non, c’est simple et binaire comme le jour et la nuit, pas de crépuscule. On arrête ou, on se fait chien et loup qui survivra à tout, qui par grands vents, tornade ou sécheresse suivra l’étoile car elle est là notre voix, ils sont là nos rêves, entre ciel et terre !
Toutes les prières du monde habitent dans l’ciel.

Aujourd’hui 2015, on a une nouvelle dimension. La MapWeB ! Petit à petit les artistes l’investissent. Plutôt que de courir, maigrir à trouver qui fera de moi… Quoi d’ailleurs ? Qui fera quoi et qu’espérer en plus en cette période de crise ?

La MapWeB est à nous. Elle nous est offerte. La toile est infinie, les oreilles et regards en milliard. Alors même, si l’on crée dans un premier temps à perte, on réajustera et trouvera comment dans une nouvelle économie faîte de temps, réservé, de priorité assignée, épaulé de précieux fidèles mercenaires des arts en soutien, on trouvera comment aller au bout de c’qui n’était au départ qu’une décharge intérieure. La toile, elle, portera aux cœurs des plus curieux nos mots du jour ;) Et pour le frigo… ben, on peut apprendre à faire son pain ;)

Tout ça pour vous dire, que j’aime ces artistes qui plutôt que de se résigner, d’arrêter ou compromettre ce qui au départ n’était qu’une sensation, offrent leur travail sur la toile.
En libre accès, c’est bien un cadeau qu’ils nous font. Est-ce, que ce qui leur importe vraiment c’est que vivent leurs œuvres, qu’elles voyagent dans nos esprits et façonnent ainsi l’avenir du monde ? Qui sait ?

Cette semaine la houle m’a menée à
Jenny Alpha que je ne connaissais pas, que j’ai pu découvrir grâce au film documentaire ‘Les vies de Jenny, une histoire de résilience’ de Nathalie Glaudon. Tendre, doux, solaire et plein de notre histoire !!! Bravo Nathalie, merci.

Jenny-alpha

Merci aussi à la page facebook toujours très enrichissante du Collectif James Baldwin pour la découverte !

52’ aux côtés d’une femme libre, inspirée, inspirante. Comédienne, actrice, chanteuse, poète !!!
On apprend beaucoup sur ce que c’est que rêver et aller au bout de ses rêves. Elle nous a quitté depuis mais grâce à ce film, on en gardera plus que le souvenir, l’inspiration pour qui se sent de sa filiation !

Les gens dépassionnés, je les plains.
Je trouve qu’il faut être passionné.
Si on veut donner un sens à sa vie,
il faut aimer quelque chose au-delà de soi-même
.’ Jenny Alpha

Autre registre, cette fois, fiction !
Chonni Départ’ est un court métrage de Daouda Diakhate qu’il a aussi co produit.
Lui souhaite, plein de chouettes rencontres, de belles et beaux missionnaires des arts.
Le court métrage, c’est cet espace temps dans lequel on prend ses marques, s’exerce et précise son style. La contrainte du timing n’enlève rien au talent que tout réal courtise, de la narration. Alors, je souhaite une longue route à Daouda Diakhate. J’aime bien comment tu regardes tes confrères.

Par contre, difficile d’en savoir plus sur toi alors la suite au prochain projet ;)

Finissons, comme en mon habitude maintenant en musiK !

Peu savent que Léonora Miano dont je vous parle régulièrement, chante. Un jour, elle m’a dit. ‘ Bams, il y a une partie de ta voix qu’il est regrettable que tu n’exploites pas plus… Ta voix grave ‘
C’est vrai qu’à l’époque, je chantais perché, il m’a fallu du temps à parfaire mon outil, m’acclimater avec ma voix d’alto. On est peu souvent swingué par des voix basses féminines.

Je suis donc tombée sur le travail musical de Léonora, ouaté, velours, grooV & Jazzy posé. Je vous laisse découvrir !

Page à suivre pour en savoir plus :
Mahogany

Vous souhaite une bonne fin de semaine.
On se dit à vendredi prochain. Attention, nous allons changer de rythme. Mai, ce sera, chroniques bi mensuelles, alors captons nous bien semaine prochaine ;)

Light, Force & LoV’…

Bams #25

Lire les précéedents

Partage.

Sur l'auteur

Auteure, compositrice & Interprète indépendante. Amoureuse des mots, du beau, du dire, des êtres libres. Elle chante, rap, rock, electroïse, groove sa vision du monde.